Un écran nickel

Gare à ne pas surcharger les écrans de votre ordinateur en laissant ouverts une dizaine de fichiers à la fois. Cela vous oblige à des allers-retours incessants de l’un à l’autre, avec de surcroît des risques de « bugs ». Allégez votre champ visuel en ne gardant que le fondamental. Dans le même esprit, rangez votre bureau, épurez la place du superflu pour ne conserver que ce qui est capital à l’activité du moment.

Le temps de l’administratif

Notes de frais, formulaires de voyage, feuilles de congés, autorisations diverses… Vous ne pourrez pas y couper! Il faut les remplir. Plutôt que pester tous les jours contre cette corvée, bloquez-vous un créneau spécifique dans la semaine pour traiter ces dossiers. Vous serez libéré. Pour les petites choses, en revanche, éclusez au fur et à mesure.

 Une voilure réduite d’obligations

Les « à côtés » de votre job s’accumulent : colloque, speechs, parrainages divers, etc. Certes, ils sont intéressants mais dévoreurs d’énergie. Et mis bout à bout ils en arrivent à masquer vos priorités en tout domaine. Limitez vos engagements à l’extérieur (privés, publics). Dressez-en la liste et barrez les moins importants selon l’impact attendu, vos valeurs et vos aspirations profondes.

Des objectifs en tranches

Découpez un méga objectif en rondelles de mini-objectifs, comme un saucisson. Vous en tirerez doublement avantage. D’abord, vous gagnerez en lucidité et en compréhension sur le degré de difficulté des tâches et vous pourrez anticiper. Ensuite celles-ci seront plus faciles à réaliser, morceau après morceau. Ce qui vous économisera bien des prises de tête!

Le kit du strict nécessaire

Avant d’agir, évaluez systématiquement vos besoins. Est-ce que rechercher tous ces documents vous est utile? Vous déplacer apporte-t-il un « plus »? En quoi exécuter telle opération ou solliciter tel partenaire est-il indispensable? Devez-vous vraiment rédiger un rapport de dix pages, une note de synthèsene ferait-elle pas aussi bien l’affaire? N’exigez-vous pas un résultat trop parfait? etc. Ainsi, vous supprimerez le superflu et la surqualité qui ne sert à personne.

Le calendrier de Seinfeld

Pour s’obliger à écrire quotidiennement, le célèbre humoriste américain, Jerry Seinfeld, a sa méthode : afficher au mur à l’horizontal des feuilles de façon à former un calendrier annuel. Puis, chaque fois qu’il travaille ses sketchs, il coche la case du jour d’une croix rouge. Au fil du temps, les cases cochées forment une chaîne. Le but est de ne pas la briser. Faites de même, avec vos 3 objectifs par jour associé à une couleur chacun. Vous bâtirez ainsi trois chaînes parallèles distinctes (en rouge, vert, bleu) ininterrompues. Ce qui s’inspire des plannings de gestion de projet mais en plus sommaire. Du coup, vous stopperez votre penchant pour l’éparpillement et la progression du travail vous sautera aux yeux. Motivant!

Le mail vs téléphone

Qui ne s’est jamais arraché les cheveux en voulant expliquer par mail un point de vue ou une situation ? Dès que votre message dépasse cinq lignes, optez pour le téléphone (moins de cinq lignes, c’est rester sur des idées maîtresses). Par oral, on se fait mieux comprendre. En plus vous vous épargnerez les mauvaises interprétations de vos écrits et des échanges interminables pour clarifier vos propos. Par ailleurs contentez-vous de deux boîtes mail, pas plus !

 Un écran nickel

Gare à ne pas surcharger les écrans de votre ordinateur en laissant ouverts une dizaine de fichiers à la fois. Cela vous oblige à des allers-retours incessants de l’un à l’autre, avec de surcroît des risques de « bugs ». Allégez votre champ visuel en ne gardant que le fondamental. Dans le même esprit, rangez votre bureau, épurez la place du superflu pour ne conserver que ce qui est capital à l’activité du moment.

 Le temps de l’administratif

Notes de frais, formulaires de voyage, feuilles de congés, autorisations diverses… Vous ne pourrez pas y couper! Il faut les remplir. Plutôt que pester tous les jours contre cette corvée, bloquez-vous un créneau spécifique dans la semaine pour traiter ces dossiers. Vous serez libéré. Pour les petites choses, en revanche, éclusez au fur et à mesure.

Une voilure réduite d’obligations

Les « à côtés » de votre job s’accumulent : colloque, speechs, parrainages divers, etc. Certes, ils sont intéressants mais dévoreurs d’énergie. Et mis bout à bout ils en arrivent à masquer vos priorités en tout domaine. Limitez vos engagements à l’extérieur (privés, publics). Dressez-en la liste et barrez les moins importants selon l’impact attendu, vos valeurs et vos aspirations profondes.

« Un risque de baisse de la prise en charge »

Autre changement, la Sécurité sociale ne verserait plus que des indemnités journalières, sous forme de forfait, le même pour tous, quel que soit le niveau de salaire. « Qui seraient les gagnants et les perdants de l’ensemble de ces mesures qui forment un tout ? Impossible de le savoir sans une étude chiffrée, que les rapporteurs n’ont pas eu le temps de réaliser, explique Catherine Pinchaut, de la CFDT, très prudente. Il n’est pas dit clairement que les entreprises sont obligées de compenser le manque à gagner éventuel pour les salariés. » Le trio missionné par Matignon assure que les salariés ne perdront pas au change. Mais selon Serge Legagnoa, de FO, le risque existe bel et bien d’une baisse de la prise en charge : « Quand une mesure est présentée de façon aussi floue, on peut se dire qu’il y a un loup. »

Autre préconisation : la généralisation du mécanisme de la « subrogation », quand l’entreprise verse elle-même les indemnités journalières au salarié, avant de se faire rembourser par la Sécurité sociale, ce qui permet de maintenir le salaire, sans rupture. Beaucoup de petites structures y rechignent pour des raisons de trésorerie.

Le télétravail autorisé

Si l’arrêt de travail pourrait voir disparaître la case « heures de sorties autorisées », pourrait s’y substituer le principe du « télétravail autorisé« . « Il s’agirait d’une option au choix du salarié », précisent les auteurs du rapport, applicable uniquement dans les entreprises « ayant déjà un cadre de télétravail ».

By |2019-02-27T13:29:51+00:00février 26th, 2019|Acquisitions|0 Comments

Le calendrier de Seinfeld

Gare à ne pas surcharger les écrans de votre ordinateur en laissant ouverts une dizaine de fichiers à la fois. Cela vous oblige à des allers-retours incessants de l’un à l’autre, avec de surcroît des risques de « bugs ». Allégez votre champ visuel en ne gardant que le fondamental. Dans le même esprit, rangez votre bureau, épurez la place du superflu pour ne conserver que ce qui est capital à l’activité du moment.

Le temps de l’administratif

Notes de frais, formulaires de voyage, feuilles de congés, autorisations diverses… Vous ne pourrez pas y couper! Il faut les remplir. Plutôt que pester tous les jours contre cette corvée, bloquez-vous un créneau spécifique dans la semaine pour traiter ces dossiers. Vous serez libéré. Pour les petites choses, en revanche, éclusez au fur et à mesure.

 Une voilure réduite d’obligations

Les « à côtés » de votre job s’accumulent : colloque, speechs, parrainages divers, etc. Certes, ils sont intéressants mais dévoreurs d’énergie. Et mis bout à bout ils en arrivent à masquer vos priorités en tout domaine. Limitez vos engagements à l’extérieur (privés, publics). Dressez-en la liste et barrez les moins importants selon l’impact attendu, vos valeurs et vos aspirations profondes.

Des objectifs en tranches

Découpez un méga objectif en rondelles de mini-objectifs, comme un saucisson. Vous en tirerez doublement avantage. D’abord, vous gagnerez en lucidité et en compréhension sur le degré de difficulté des tâches et vous pourrez anticiper. Ensuite celles-ci seront plus faciles à réaliser, morceau après morceau. Ce qui vous économisera bien des prises de tête!

Le kit du strict nécessaire

Avant d’agir, évaluez systématiquement vos besoins. Est-ce que rechercher tous ces documents vous est utile? Vous déplacer apporte-t-il un « plus »? En quoi exécuter telle opération ou solliciter tel partenaire est-il indispensable? Devez-vous vraiment rédiger un rapport de dix pages, une note de synthèsene ferait-elle pas aussi bien l’affaire? N’exigez-vous pas un résultat trop parfait? etc. Ainsi, vous supprimerez le superflu et la surqualité qui ne sert à personne.

Le calendrier de Seinfeld

Pour s’obliger à écrire quotidiennement, le célèbre humoriste américain, Jerry Seinfeld, a sa méthode : afficher au mur à l’horizontal des feuilles de façon à former un calendrier annuel. Puis, chaque fois qu’il travaille ses sketchs, il coche la case du jour d’une croix rouge. Au fil du temps, les cases cochées forment une chaîne. Le but est de ne pas la briser. Faites de même, avec vos 3 objectifs par jour associé à une couleur chacun. Vous bâtirez ainsi trois chaînes parallèles distinctes (en rouge, vert, bleu) ininterrompues. Ce qui s’inspire des plannings de gestion de projet mais en plus sommaire. Du coup, vous stopperez votre penchant pour l’éparpillement et la progression du travail vous sautera aux yeux. Motivant!

Le mail vs téléphone

Qui ne s’est jamais arraché les cheveux en voulant expliquer par mail un point de vue ou une situation ? Dès que votre message dépasse cinq lignes, optez pour le téléphone (moins de cinq lignes, c’est rester sur des idées maîtresses). Par oral, on se fait mieux comprendre. En plus vous vous épargnerez les mauvaises interprétations de vos écrits et des échanges interminables pour clarifier vos propos. Par ailleurs contentez-vous de deux boîtes mail, pas plus !

 Un écran nickel

Gare à ne pas surcharger les écrans de votre ordinateur en laissant ouverts une dizaine de fichiers à la fois. Cela vous oblige à des allers-retours incessants de l’un à l’autre, avec de surcroît des risques de « bugs ». Allégez votre champ visuel en ne gardant que le fondamental. Dans le même esprit, rangez votre bureau, épurez la place du superflu pour ne conserver que ce qui est capital à l’activité du moment.

 Le temps de l’administratif

Notes de frais, formulaires de voyage, feuilles de congés, autorisations diverses… Vous ne pourrez pas y couper! Il faut les remplir. Plutôt que pester tous les jours contre cette corvée, bloquez-vous un créneau spécifique dans la semaine pour traiter ces dossiers. Vous serez libéré. Pour les petites choses, en revanche, éclusez au fur et à mesure.

Une voilure réduite d’obligations

Les « à côtés » de votre job s’accumulent : colloque, speechs, parrainages divers, etc. Certes, ils sont intéressants mais dévoreurs d’énergie. Et mis bout à bout ils en arrivent à masquer vos priorités en tout domaine. Limitez vos engagements à l’extérieur (privés, publics). Dressez-en la liste et barrez les moins importants selon l’impact attendu, vos valeurs et vos aspirations profondes.

« Un risque de baisse de la prise en charge »

Autre changement, la Sécurité sociale ne verserait plus que des indemnités journalières, sous forme de forfait, le même pour tous, quel que soit le niveau de salaire. « Qui seraient les gagnants et les perdants de l’ensemble de ces mesures qui forment un tout ? Impossible de le savoir sans une étude chiffrée, que les rapporteurs n’ont pas eu le temps de réaliser, explique Catherine Pinchaut, de la CFDT, très prudente. Il n’est pas dit clairement que les entreprises sont obligées de compenser le manque à gagner éventuel pour les salariés. » Le trio missionné par Matignon assure que les salariés ne perdront pas au change. Mais selon Serge Legagnoa, de FO, le risque existe bel et bien d’une baisse de la prise en charge : « Quand une mesure est présentée de façon aussi floue, on peut se dire qu’il y a un loup. »

Autre préconisation : la généralisation du mécanisme de la « subrogation », quand l’entreprise verse elle-même les indemnités journalières au salarié, avant de se faire rembourser par la Sécurité sociale, ce qui permet de maintenir le salaire, sans rupture. Beaucoup de petites structures y rechignent pour des raisons de trésorerie.

Le télétravail autorisé

Si l’arrêt de travail pourrait voir disparaître la case « heures de sorties autorisées », pourrait s’y substituer le principe du « télétravail autorisé« . « Il s’agirait d’une option au choix du salarié », précisent les auteurs du rapport, applicable uniquement dans les entreprises « ayant déjà un cadre de télétravail ».

By |2019-02-27T08:38:24+00:00février 26th, 2019|Acquisitions|0 Comments